» Le conflit israélo-palestinien pour les nuls

avatar

Le conflit israélo-palestinien pour les nuls

Le conflit israélo-palestinien en est un définitivement complexe. C’est pourquoi LVGR, toujours à l’affût des conflits internationaux, tentera dans ce billet de simplifier cette question pour vous.

Mise en contexte :

Le feu territoire palestinien se trouve au Moyen-Orient, qui est situé entre le petit-orient et le gros-orient. À la fin du 19e siècle, toute la région est soumise au pouvoir du sultan (rien à voir avec le groupe des années 60) de l’Empire ottoman (rien à voir avec des créatures mi-homme mi-voiture, même si ce serait très cool!). Après la Première Guerre mondiale, le territoire palestinien tombe sous contrôle britannique. Les Anglais, clairement ravis d’avoir ajouté un pit de sable à l’empire, décident d’encourager les juifs à aller coloniser le territoire à leur place pour y cultiver le bagel. Les juifs, étant les rejets de l’humanité depuis environ 3000 ans, commencent à se regrouper en Palestine, et peuplent le futur État d’Israël ti-boutte par ti-boutte, ou comme on dit en hébreu : kibbutz par kibbutz. C’est le début du sionisme (rien à voir avec la filiale de chars laitte de Toyota).

Le 14 mai 1948, les Britanniques quittent le territoire et les Nations-Unies et décident de créer l’état juif d’Israël (clairement pour se faire pardonner le « not giving a fuck » mondial pendant l’holocauste). C’est le début de l’immigration juive massive. Les Arabes de Palestine sont repoussés soit vers l’Est, en Cisjordanie, ou vers l’Ouest, dans la bande de Gaza (d’où l’expression : « if you’re not happy, go to Gaza! »).

Dans les 50 années qui suivent, c’est l’escalade de la violence. Un fait des « fuck you » à l’autre, l’autre lui pitch une roche, on sort les guns, on se tire dessus, on détourne des avions, on se fait sauter à côté de l’autre, on rentre chez lui avec des tanks, y fait des tirs randoms de lance-roquette, pis ça fini avec des raids aériens. Well, that escalated quickly!

Dans les années 90, lueur d’espoir. Yasser Arafat (leader palestinien n’ayant jamais vraiment utilisé l’expression « cârossse ») négocie une paix à Washington avec Yitzhak Rabin (premier ministre israélien dont le prénom se prononce en chargeant un gun). La paix sera de courte durée, car Rabin sera assassiné par un sioniste radical et qu’Arafat perdra lentement son autorité aux mains du Hamas (rien à voir avec le truc dans lequel tu trempes tes céleris… ça, c’est de l’humus.).

Aujourd’hui 4 millions de Palestiniens rêvent de retourner dans leurs villages d’antan et 8 millions de juifs veulent crissement pas bouger de d’là. Les frontières d’Israël ne semblent plus malléables (introduire jeu de mots Palestine/Plasticine ici).

Pistes de solutions signées  LVGR :

Heureusement, des solutions sont envisageables. La communauté internationale ne le sait pas encore, mais le comité diplomatique du LVGR, offre à l’ONU deux façons de régler le problème.

1- Creuser un lac artificiel gigantesque dans le désert Sahara (qui a d’ailleurs désespérément besoin d’un lac) et utiliser le remblai pour agrandir la bande de Gaza dans la Méditerranée. Ce nouveau territoire pourrait être nommé la Septjordanie et serait l’état Palestinien si longtemps attendu!

 

2- Déménager l’État d’Israël dans le Grand Nord québécois en déplaçant le peuple Inuit vers l’extrême Nord québécois (territoire non propice aux intifadas, puisque les roches sont pognées dans la glace 11 mois par année).

Au premier coup d’oeil, le territoire Inuit semble petit, mais c’est pour faciliter le positionnement  de distributrices à alcool gratuit à tout les 100 mètres carrés. Trust me, y’aura pas de révolte là!

Un autre problème de réglé. Neeeexxxxxxxttt!

  
Catégorie: Blogue | Tags:

Les commentaires sont fermés.